Err

Vesticheap le sens de la fripe
Votre panier : 0,00 €
Le blog de Vesticheap votre friperie en ligne pas cher
Rechercher

Mode, tendance et consommation responsable sont-elles compatibles ? 2/2

Mode, tendance et consommation responsable sont-elles compatibles ? 2/2

Mode, tendance et consommation responsable sont-elles compatibles ? 2/2





La friperie pour les jeunes

Les millennials sont les principaux adeptes de la friperie, en ligne ou en boutique. Cette génération des 25 à 37 ans représente 33 % des consommateurs en 2019, soit 37 %de plus qu’en 2017. La génération Z des 18 à 24 ans arrive juste derrière avec 16 % du total des consommateurs, mais leur progression est encore plus spectaculaire,car ils sont 46 % plus nombreux que deux ans auparavant

Les chiffres impressionnants qui inversent la tendance


La friperie n’est plus réservée aux nécessiteux et aux originaux qui cherchent à se démarquer avec un look décalé. Toujours dans les enquêtes de Thred Up, le marché du vêtement d’occasion représentait aux États Unis 24 milliards de dollars en 2018, contre 11 milliards de dollars en 2012. En six ans, il a plus de doublé.

Thred Up ne s’intéresse pas directement à la France et ne publie donc pas de chiffres précis, mais, avec un peu de retard, les Français semblent adopter le même comportement que celui des Américains. L’IFM – l’Institut Français de la Mode – a réalisé un sondage dont les chiffres confirment la bonne santé de la friperie : le nombre de Français revendiquant l’achat de vêtements d’occasion a doublé entre 2010 et 2018 pour atteindre 30 %. La prévision pour 2019 est de 40 %.

La puissance des boutiques Internet


La multiplication des friperies en ligne permet de booster un secteur déjà très dynamique. En plus des boutiques en ligne classiques comme Vesticheap, des applications smartphone ont vu le jour et leur succès est remarquable.

L’application Vinted par exemple représente 21 millions d’utilisateurs, dont 8 millions sont français. Médiamétrie estime que l’application compte 1,5 million de visiteurs chaque jour, ce qui la place dans le top 5 du e-commerce, juste derrière eBay. Là encore, ce sont les jeunes les plus gros consommateurs, avec les 18 – 24 ans qui représentent 40 % des utilisateurs de Vinted.

Le succès de l’application est dû à ses algorithmes sophistiqués qui permettent d’identifier les vêtements les plus recherchés et facilitent la mise en relation entre l’offre et la demande.

Des prévisions étonnantes

D’après Thred Up, en 2028, le marché du vêtement d’occasion devrait dépasser le secteur de la fast fashion. Aujourd’hui, la fast fashion représente aux États-Unis 9 % des achats,contre 6 % pour la seconde main. En 2028, la tendance devrait s’inverser avec 9% pour la fast fashion et 13 % pour la friperie. Le chiffre d’affaires américain du vêtement d’occasion devrait alors atteindre 64 milliards de dollars.

Nous ne disposons pas des chiffres français, mais le souci de consommer responsable, c’est-à-dire de mieux consommer, est tout aussi populaire en France qu’outre Atlantique. Il ne fait aucun doute que la friperie en ligne a de beaux jours devant elle.




Rédigé le  28 jan. 2020 19:55  -  Lien permanent
0 Commentaires  

Mode, tendance et consommation responsable sont-elles compatibles ? 1/2

Mode, tendance et consommation responsable sont-elles compatibles ? 1/2

Mode, tendance et consommation responsable sont-elles compatibles ? 1/2




Avec la prise de conscience écologique qui touche désormais une large partie de la population - et notamment les plus jeunes - nos comportements sont en train d’évoluer et notre façon de consommer est en pleine mutation. La notion de consommation responsable a gagné tous les domaines et la mode ne fait pas exception. Ces dernières décennies, le marché de la mode a connu un bouleversement sans précédent, dû à la mondialisation. Cependant, cette boulimie des vêtements que l’on consomme comme du fast-food est en recul au profit du marché de la friperie et de l’occasion. Faisons un point sur l’évolution de ce secteur d’activité, avec quelques chiffres à l’appui, pour le moins impressionnants.


Qu’est-ce qui a changé dans la friperie?




À la fin des années 90 et au début du XXIe siècle, la tendance était à la consommation effrénée. On consommait toujours plus, toujours plus vite et souvent toujours plus mal, sans se soucier des effets secondaires de cette folie.Alors que jusque dans les années 80, on conservait longtemps les mêmes vêtements que l’on reprisait en cas d’accroc et que l’on rapiéçait en cas d’usure, l’émergence de pays comme la Chine a jeté sur le marché des vêtements à des prix dérisoires. La qualité s’en est fortement ressentie et ce type d’habits n’était pas fait pour durer longtemps. On ne se souciait ni des conditions de fabrication, ni de l’empreinte carbone démesurée d’une pièce qui ne serait portée que quelques fois avant de passer à la poubelle. Aujourd’hui, le consommateur devient beaucoup plus pondéré et s’interroge sur son comportement. La consommation responsable implique de donner une plus longue vie aux vêtements. Pour autant, les passionnés de mode aiment varier leurs tenues. C’est là que la friperie intervient et plus particulièrement la friperie en ligne qui permet de donner une seconde vie aux vêtements et de s’habiller avec des pièces de qualité, sans pour autant se ruiner.La transformation de nos comportements explique l’évolution de la mode d’occasion. Dans les années 80, s’habiller dans les friperies était le plus souvent réservé aux personnes les plus démunies. Les vêtements, souvent en vrac, étaient fréquemment usés et défraîchis, et personne ne se vantait de s’habiller dans une friperie. Aujourd’hui, la tendance s’est totalement inversée. La friperie en ligne est le must pour dénicher des pièces rares et de qualité. La fripe est désormais chic et son chiffre d’affaires cumulé entre les boutiques en ligne et les boutiques physiques est estimé à 1 milliard d’euros en France en 2018.La friperie concerne même le luxe, avec des créateurs de mode qui se lancent dans l’usage de vêtements recyclés. À la Fashion Week de Paris cette année, des collections entières étaient issues de vêtements achetés dans des friperies et réhabilités, avec seulement quelques modifications du créateur.



Des prix justes pour des vêtements de grande qualité. 



S’habiller à la mode est cher et les consommateurs sont à la recherche des prix soldés, car ils ne veulent plus payer des fortunes pour leur habillement. La crise de 2008 a touché de nombreuses personnes qui ont dû réduire drastiquement leur budget et c’est à cette époque que la friperie a commencé à reprendre des couleurs.Cependant, il n’était plus question d’acheter au kilo des vêtements malmenés. Pour s’adapter au goût des acheteurs qui veulent de la qualité haut de gamme, les friperies ont totalement changé leur façon de présenter leurs produits.Chaque vêtement est choisi avec précaution, puis mis en scène sur un mannequin ou un cintre, dans un décor soigné. On n’empile plus négligemment des fripes en masse, mais on leur réserve le même traitement que le vêtement neuf. Chaque pièce doit paraître unique.Mode, tendance et consommation responsable sont bel et bien compatibles. Vous trouvez dans les friperies en ligne ou dans les boutiques physiques des vêtements qui sont bien inscrits dans leur époque. En effet, il ne faut jamais négliger la récurrence de la mode et s’habiller vintage est en soi une mode. Les friperies – et Vesticheap en est un exemple criant – réservent des départements entiers à la mode vintage. Vous retrouvez dans ces boutiques des vêtements datant des années 80 ou 90 de grande qualité, fabriqués dans des matières nobles. Les vêtements de grands créateurs, tout comme le prêt à porter, lorsqu’ils ont bénéficié de matières premières qualitatives, avec un assemblage professionnel, vieillissent très bien. Une coupe élégante le demeure et la bonne tenue du tissu rend l’objet quasiment impérissable.



L’effet « authentique »



L’acheteur en friperie n’est pas qu’à la recherche d’un prix, il réclame aussi l’authenticité. Trop d’habits sont vieillis artificiellement – on pense naturellement au jean – alors qu’il est plus légitime de porter un tissu qui a vécu et qui a vieilli parce qu’il a été porté.Tous les mouvements écologiques s’intéressent à la consommation durable et sont à la recherche d’authenticité. Pour qu’un vêtement soit vrai, il doit être fabriqué avec des matières nobles qui durent longtemps. La mode inclut aussi tout ce qui concerne la maroquinerie, avec les manteaux, sacs ou chaussures. Le cuir est un matériau extraordinaire qui peut durer une vie, et même être transmis de génération en génération. Bien entretenu, la patine lui est bénéfique et il peut parfois prendre de la valeur avec le temps.


La mise en valeur sur Internet.




Les boutiques physiques ont totalement changé d’aspect, mais Internet a également bouleversé le marché de la fripe. Si vous surfez dans les différents départements de Vesticheap, vous découvrez des articles à des prix très raisonnables, mais surtout très bien mis en valeur. Vous ne choisissez pas un vêtement, parce qu’il est bon marché – enfin, pas seulement – mais parce qu’il correspond à ce que vous recherchez et à ce qui vous manque dans votre garde-robe. L’objectif n’est pas de consommer immodérément, mais de consommer responsable. Les photos prises avec la mise en scène de l’article vous permettent de choisir précisément ce qui va vous aller.


La fin de la fast fashion au profit de la friperie.





La fast fashion est la mode éphémère ou la collection éclair. Ce segment de l’industrie vestimentaire est en train de s’effacer au profit de la friperie. La fast fashion consiste à proposer des collections successives sur un temps court, avec un renouvellement qui peut avoir lieu plusieurs fois par saison. Ce type d’industrie est en opposition avec la consommation responsable.Le site américain Thred Up est une plateforme de friperie entre particuliers. Il analyse depuis 2013 la tendance à la hausse de son activité et ses conclusions sont sans appel.





Rédigé le  28 jan. 2020 19:50  -  Lien permanent
0 Commentaires